• Fede Montagud, editor

    Le curcuma : l’aloe vera du XXIe siècle ?

    20 May Le curcuma : l’aloe vera du XXIe siècle ?

     

    Sources:

    Phytomedicine

    Il a des propriétés anti-inflammatoires, hydratantes, anti-oxydantes, antimicrobiennes et cicatrisantes, et ce pourrait être un ingrédient d’importance pour les crèmes à venir. C’est du moins ce que suggèrent plusieurs études réalisées dans différentes universités. L’extrait de curcuma, une épice connue pour être un composant du curry, protège la peau des dommages causés par les rayons ultraviolets et aide à sa régénération.

     

    Il fait partie de la pharmacopée ayurvédique et, dans divers systèmes de santé publique asiatiques, le curcuma est prescrit pour traiter les problèmes gastro-intestinaux ou articulaires. Il est également utilisé comme adjuvant pour la cicatrisation des plaies ou pour revitaliser la peau. À présent, des scientifiques de l’Université d’Ehime (Japon) ont vérifié que l’administration de deux doses quotidiennes de curcumine (un composant actif du curcuma qui lui donne sa couleur jaune caractéristique) peut contrebalancer les dommages causés par l’exposition prolongée aux rayons ultraviolets et améliorer l’élasticité de la peau, en plus de prévenir la formation des rides. Lire la suite

  • Susana Andújar, chemist

    Comment mesure-t-on l’efficacité des cosmétiques ?

    15 May Comment mesure-t-on l'efficacité des cosmétiques ?

    Les emballages et la publicité des produits cosmétiques promettent parfois monts et merveilles. À la vue de certains spots, l’on pourrait croire que telle ou telle crème fera des miracles sur notre peau : les rides disparaîtront et la peau deviendra aussi lisse et douce que celle du modèle de l’annonce. À quel point cela est-il vrai ? Comment vérifie-t-on les effets réels des cosmétiques ?

     

    Les réglementations concernant les produits cosmétiques exigent la présentation de preuves qui démontrent l’effet revendiqué par chaque produit. C’est pour cette raison que, avant de lancer sur le marché une nouvelle formule, les services de R&D des fabricants réalisent différents tests selon les propriétés de leur produit qu’ils souhaitent mettre en avant. Les « promesses » qui apparaîtront sur l’étiquette et dans les publicités doivent s'appuyer sur des études scientifiques. Ces études sont réalisées au moyen de tests in vitro (en laboratoire, sur des supports synthétiques ou naturels), in vivo (sur des personnes, jamais sur des animaux) ou les deux. Enfin, les résultats doivent toujours être corroborés par l’application sur des volontaires. Lire la suite

  • Anna Solana, science journalist

    Votre beauté est-elle biodynamique ?

    10 May Votre beauté est-elle biodynamique ?

     

    Sources:

    Cosmetics Design USA

    La cosmétique élaborée à base d’ingrédients cultivés en productions soutenables et en harmonie avec les cycles de la nature est en train de gagner des adeptes. Et pas seulement auprès des femmes enceintes et des jeunes mères à la recherche pour leurs bébés de produits sans conservant, sans colorant ni d’autres allergènes. Le naturel s’impose. Avec sa certification de qualité.

     

    Dans l’élaboration des produits d’hygiène et de cosmétique, près de 7.000 substances différentes sont utilisées. Nombreuses sont celles qui ont mauvaise réputation. Parce qu’elles peuvent déclencher des réactions allergiques, parce qu’elles s’avèrent irritantes ou parce des études suggèrent qu’elles peuvent être cancérigènes. Pour cette raison, les consommateurs sont de plus en plus nombreux à rechercher des produits alternatifs, plus respectueux avec l’environnement et avec la peau elle-même. Cependant, qu’ils soient naturels ne veut pas dire qu’ils soient inoffensifs. D’où le fait que le marché exige certaines garanties, comme le label international Demeter, qui a la réputation d’être difficile à obtenir. Cette certification garantit que tous les composants des produits qui se disent biodynamiques ont été cultivés suivant les procédés standards de ce type d’agriculture (compost, plantes génétiquement modifiées interdites, fumigation interdite, etc.) et qu’ils respectent la réglementation européenne sur les produits organiques.

  • Anna Solana, science journalist

    Comment contrôle-t-on les ingrédients des teintures pour les cheveux ?

    6 May Comment contrôle-t-on les ingrédients des teintures pour les cheveux ?

     

    Sources:

    Union Européenne

    Il est vrai qu’ils comprennent des composants qui peuvent provoquer des allergies ou irriter le cuir chevelu et, par conséquent, de nombreuses marques mettent au point des versions de leurs produits moins agressives pour la structure du cheveu et la peau. Mais la réglementation européenne contrôle sévèrement les teintures capillaires et représente une garantie pour les utilisateurs. Que dit-elle ?

     

    La Réglementation sur les produits cosmétiques de l’Union Européenne, appliquée depuis le 11 juillet 2013, veille à ce que ce type de produits ait une composition et un étiquetage corrects, évalue leur sécurité et interdit les expériences sur des animaux. La norme certifie que les teintures pour les cheveux, utilisées par 70% des Européens, sont sûres, démentant ainsi les nombreux textes publiés sur Internet qui insistent sur leurs dangers pour les femmes enceintes. Parmi leurs ingrédients l’on trouve de l’ammoniaque, du résorcinol, des parabènes ou de la paraphénylènediamine (PPD). Le colorant dérivé de ce dernier composé est en fait le principal responsable des éventuelles réactions allergiques que peuvent provoquer les teintures et, pour cette raison, est interdit en Allemagne, en France ou en Suède. Lire la suite

Auteurs

+plus
­