• Anna Solana, science journalist

    Cinq aliments pour une peau saine

    16 Sep Cinq aliments pour une peau saine

     

    Sources:

    Natural News

    Ils ne font pas de miracles, mais apportent à la peau beaucoup des ingrédients dont elle a besoin pour être saine. En d’autres termes, ils la soignent de l’intérieur. Une idée que l’industrie cosmétique exploite depuis longtemps avec des produits comme les nutricosmétiques. Voici quelques uns des aliments dont la consommation sera bénéfique à notre peau.

     

    Les carottes : Elles contiennent du bêta-carotène, la molécule qui leur donne leur couleur orange caractéristique. Le bêta-carotène est un précurseur de la vitamine A, connue pour son puissant effet antioxydant. De plus, il facilite la guérison de la peau et apporte une protection face aux effets nocifs du soleil. Il vaut mieux manger les carottes cuites que crues. Lire la suite

  • Rosa Taberner, dermatologist

    La peau atopique

    11 Sep La peau atopique

     

    Sources:

    AEDV

    Nous disons d’une personne qu’elle a la peau atopique lorsqu’elle a tendance à développer une dermatite atopique. Tout simplement. La dermatite atopique est la maladie de peau la plus commune durant l’enfance. Elle affecte non seulement la qualité de vie de l’enfant, mais aussi celle de son entourage familial. Mis à part un diagnostic correct et le traitement prescrit par le dermatologue, il y a bien des controverses à propos d’autres questions concernant ces enfants, comme les soins de la peau, les vêtements, les bains…

     

    La dermatite atopique (ou eczéma atopique) est une maladie de la peau extrêmement fréquente, qui affecte un enfant sur trois (dans les pays occidentaux) au cours des premières années de leur vie. Les démangeaisons en sont le symptôme principal. Bien que l’on ne lui connaisse pas une cause unique, les manifestations cliniques permettent au pédiatre ou au dermatologue d’en établir correctement le diagnostic (il existe une composante héréditaire importante). Ces enfants présentent un risque accru de développer de l’asthme, de l’urticaire et des rhinites allergiques. Ce n’est pas une maladie stable, car elle évolue par phases, avec des périodes de poussée (typiques en hiver) et d’autres plus calmes. Lire la suite

  • Anna Solana, science journalist

    Guérir d’un mélanome et retomber dans ses errements

    5 Sep Guérir d’un mélanome et retomber dans ses errements

     

    Sources:

    Reuters

    Nous avons tendance à l’oubli, à tort ou à raison. Autrement dit, nous trébuchons sur la même pierre autant de fois qu’il faudra. Diverses études mettent en évidence le fait que les patients ayant vaincu un mélanome ne se protègent pas du soleil comme ils le devraient et que certains, après quelque temps, reprennent leurs anciennes habitudes.

     

    Selon l’European Cancer Observatory, presque 68.000 personnes reçoivent chaque année un diagnostic de mélanome sur le vieux continent. Les patients qui parviennent à surmonter ce type agressif de cancer de la peau ont plus de risques de le contracter de nouveau que le reste de la population. Pour cette raison, ils doivent cesser de prendre le soleil et se protéger deux fois plus, avec une crème solaire, même pour aller se promener dans la rue. Pourtant, il semble être prouvé qu’ils cessent de le faire au bout d'un certain temps après l'intervention. Deux ou trois ans plus tard, certains avouent même avoir pris au moins un coup de soleil ! Lire la suite

  • Núria Estapé, science journalist

    Le microbiote ou la « flore » de la peau

    31 Aug Le microbiote ou la « flore » de la peau

     

    Sources:

    The New York Times

    Notre peau est un système écologique en équilibre. Des milliers de bactéries, de virus, de champignons et d’acariens l’ont colonisée depuis l’aurore de l'évolution des hominidés et, depuis lors, de nombreuses espèces de micro-organismes vivent en symbiose avec les cellules de notre manteau cutané. Les efforts de la science pour connaître nos colonisateurs ont révélé leur importance fondamentale pour la santé de la peau. Aider à conserver l’équilibre entre tous ces micro-organismes est la manière la plus naturelle d'avoir une peau saine.

     

    Même s'il cela est difficile à concevoir, seulement 10% des cellules de la peau, des intestins et des muqueuses de notre corps sont humaines. La majorité sont des cellules d’organismes microscopiques qui appartiennent au microbiote, l’ensemble de tous les microbes étrangers qui habitent notre corps, surtout le système digestif et la peau. Par exemple, chaque centimètre carré de peau humaine contient environ un million de microorganismes de cent espèces différentes. Tous ensemble, ils forment le microbiote de la peau (traditionnellement appelé « flore » cutanée). Il s’agit d’un écosystème complexe, comparable à tout autre écosystème de la croûte terrestre. Nous savons aujourd’hui que notre peau a accueilli ces micro-organismes au long de milliers d’années d’évolution et que l’union entre nos propres cellules cutanées et ces invités minuscules aide notre peau à mener à bien sa fonction principale : servir de barrière physique protectrice. Lire la suite

Auteurs

+plus
­