• Fede Montagud, editor

    Les protecteurs solaires sont contaminants

    Ils protègent la peau des rayons UV et sont indispensables en été pour que nous puissions bronzer sans mettre notre santé en danger. Mais ils ont aussi leur côté obscur. D’après une étude récente, les composants chimiques des crèmes solaires sont toxiques pour les organismes marins, ce qui peut avoir de sérieuses conséquences sur l’écosystème.

     

    La crème solaire que nous emportons dans l’eau lorsque nous nous baignons après avoir pris le soleil est nocive pour le phytoplancton marin. C’est ce qu’affirment des chercheurs de l’Institut Méditerranéen d’Études Avancées et de l’Institut de Sciences Marines d’Andalousie (Espagne) dans une récente publication de leurs travaux. Les scientifiques ont analysé l’eau d’une plage très fréquentée de Majorque (Baléares) en plein mois d’août et en ont conclu que la concentration de peroxyde d’hydrogène, un oxydant puissant, arrive à être multipliée par trois durant les heures où l’affluence des baigneurs est la plus forte. Lire la suite

  • Rosa Taberner, dermatologist

    L’acné passe, mais les marques restent

    20 Sep L’acné passe, mais les marques restent

     

    Sources:

    The Lancet

    L’acné est l’un des problèmes de peau les plus fréquents qui soient, en particulier chez les adolescents. Bien qu’elle puisse présenter une grande variété de lésions, son évolution est normalement bénigne, même sans aucun traitement. Cependant, les séquelles de l’acné peuvent parfois persister toute la vie sous forme de cicatrices.

     

    L’acné est un problème si fréquent que nous en parlons souvent comme d’un phénomène physiologique normal. 85% des adolescents présentent, dans une plus ou moins large mesure, des lésions d’acné de différents types : comédons (points noirs), papules (boutons rouges), pustules (boutons de pus) et nodules (lésions gonflées de plus grande taille qui peuvent être douloureuses). Par chance, la plupart des cas s’arrangent avec le temps et nous disposons actuellement de traitements très efficaces. Mais si les lésions se transforment en cicatrices, celles-ci peuvent persister toute la vie. Lire la suite

  • Anna Solana, science journalist

    Cinq aliments pour une peau saine

    16 Sep Cinq aliments pour une peau saine

     

    Sources:

    Natural News

    Ils ne font pas de miracles, mais apportent à la peau beaucoup des ingrédients dont elle a besoin pour être saine. En d’autres termes, ils la soignent de l’intérieur. Une idée que l’industrie cosmétique exploite depuis longtemps avec des produits comme les nutricosmétiques. Voici quelques uns des aliments dont la consommation sera bénéfique à notre peau.

     

    Les carottes : Elles contiennent du bêta-carotène, la molécule qui leur donne leur couleur orange caractéristique. Le bêta-carotène est un précurseur de la vitamine A, connue pour son puissant effet antioxydant. De plus, il facilite la guérison de la peau et apporte une protection face aux effets nocifs du soleil. Il vaut mieux manger les carottes cuites que crues. Lire la suite

  • Rosa Taberner, dermatologist

    La peau atopique

    11 Sep La peau atopique

     

    Sources:

    AEDV

    Nous disons d’une personne qu’elle a la peau atopique lorsqu’elle a tendance à développer une dermatite atopique. Tout simplement. La dermatite atopique est la maladie de peau la plus commune durant l’enfance. Elle affecte non seulement la qualité de vie de l’enfant, mais aussi celle de son entourage familial. Mis à part un diagnostic correct et le traitement prescrit par le dermatologue, il y a bien des controverses à propos d’autres questions concernant ces enfants, comme les soins de la peau, les vêtements, les bains…

     

    La dermatite atopique (ou eczéma atopique) est une maladie de la peau extrêmement fréquente, qui affecte un enfant sur trois (dans les pays occidentaux) au cours des premières années de leur vie. Les démangeaisons en sont le symptôme principal. Bien que l’on ne lui connaisse pas une cause unique, les manifestations cliniques permettent au pédiatre ou au dermatologue d’en établir correctement le diagnostic (il existe une composante héréditaire importante). Ces enfants présentent un risque accru de développer de l’asthme, de l’urticaire et des rhinites allergiques. Ce n’est pas une maladie stable, car elle évolue par phases, avec des périodes de poussée (typiques en hiver) et d’autres plus calmes. Lire la suite

Auteurs

+plus
­